Love & Dance Everywhere : vidéo des amoureux du bout du Monde

 

sebastien le marketeurDans la continuité de mon article, de la semaine dernière sur la Biodanza ou la Danse de la Vie, je vous propose une petite vidéo gaie et réjouissante, en l’occurrence la vidéo “Love Everywhere (les amoureux du bout du Monde)” de Sébastien, le Marketeur français.

Sébastien, que j’ai connu grâce à Aurélien Amacker, fait partie de cette jeune génération, bourrée de talents, qui a décidé de snober la crise, comme d’autres décident de snober les moustiques en été. Sébastien a choisi de n’en faire qu’à sa tête, à savoir travailler comme il l’entend et poursuivre ses rêves pour autant.

Cela prêterait presque à sourire, n’est-ce pas ?… Sauf que cela marche.   Continuer la lecture

A l’identique de Matt qui est parti deux fois danser autour du Monde, Sébastien s’est envolé six mois avec sa fiancée, danser la salsa en un peu partout, dans le but précis de réaliser les deux rêves de sa dulcinée : danser et voyager… avant de la demander en mariage !…

Décidément, certains jeunes de la Génération Y n’ont pas fini de m’étonner… Drôle de leçon en effet à ma génération qui osait à peine poser des congés !…

J’avoue que je n’ai pas trop envie de me demander lequel de nous deux a raison… et si vous aussi, vous avez envie de rêver, regardez la vidéo de Sébastien !…

Une belle leçon de liberté !…  😆

Et vous ?  Avez-vous été touché par cette vidéo ?

N’hésitez pas à partager vos ressentis et vos idées en commentant cet article. Votre commentaire est précieux !…

Pour publier un commentaire, c’est encore un peu plus bas ci-dessous dans la zone « Je laisse un commentaire » (si vous êtes dans l’article) ou bien cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article (si vous êtes en dehors de l’article)… Merci d’avance pour votre partage !…

 

 

Eloge de la Danse de la Vie

 

danse joie where the hell is mattCe dimanche, j’ai suivi un stage de Biodanza ou danse de la Vie. Son nom vient en du grec “bios” (la vie) et de “danza” (mouvement intégré plein de sens. De l’union de ces deux mots est née la Biodanza ou Biodanse ou “Danse de la Vie“.

La Biodanza a été créée en Amérique du Sud, dans les années 1960, par Rolando Toro Araneda. Elle s’est développée à partir de recherches concernant les effets de la musique sur le mouvement et les émotions.

La Biodanza est une invitation à nous exprimer de manière authentique, c’est-à-dire à exprimer qui nous sommes de manière essentielle et profonde, à libérer notre spontanéité et à retrouver le chemin naturel vers la joie de vivre.  Continuer la lecture

Danser est pour moi, un restaurateur de Joie de vivre !

La Biodanza® est structurée autour d’un “modèle théorique“ qui s’appuie sur les sciences du vivant (anthropologie, biologie, éthologie, psychologie, etc. La Biodanza® est une invitation à être en lien avec nos besoins profonds qu’elle regroupe sous forme de cinq lignes : la vitalité, la sexualité, la créativité, l’affectivité et la transcendance. Elle propose d’élargir la palette de ces potentialités plus ou moins développées chez chacun, de manière à ce que chaque personne trouve ses propres réponses corporelles, affectives, existentielles et créatrices.

La Biodanza® invite à être et à danser le plus possible dans “l’ici et maintenant“. Pour cela, elle utilise la “vivencia“, mot espagnol qui signifie “vivre pleinement l’instant présent“, en lien avec ses sensations et émotions du moment : être là, ici et maintenant, dire Oui à la Vie, habiter le monde à partir de notre corps, nos sensations, ouvrir en nous le champ des possibles, se mettre en mouvement et développer une qualité de lien qui augmente notre capacité à être en relation avec les autres et notre solidarité avec tout ce qui est vivant.

Bonne nouvelle : la Biodanza® s’adresse à tous. Aucune capacité particulière n’est requise : il n’est même pas obligé de savoir danser !… Chacun est simplement convié à s’exprimer pleinement par la danse, seul, à deux ou en groupe.

En Biodanza®, on parle de facilitateurs et non de professeurs : il ne s’agit pas d’enseigner une technique, mais de faciliter l’expression des potentiels de vie et de laisser s’épanouir la richesse intérieure de chacun.

J’ai suivi l’atelier mensuel du dimanche de Carole RIVIERE qui est facilitatrice et “didacte”, c’est-à-dire formatrice et qui anime des ateliers de Biodanza depus plus de 15 ans. Carole Rivère est aussi psychologue clinicienne, Gestalt-thérapeute et docteur en pharmacie : le genre “les pieds bien ancrés sur Terre, mais la tête dans les étoiles, pas très loin des anges”…

Je me suis laissée dire qu’elle fait partie des meilleurs… et j’ai bien envie de le croire.

Aborder la Biodanse avec Carole Rivière, c’est un peu comme revisiter l’Elément Humain, mais en dansant !… Les initiés comprendront. Biodanser avec elle, c’est embarquer pour un beau voyage, à la fois gai et bouleversant, riche en émotions et en belles rencontres, sur des propositions musicales pertinentes et choisies avec goût. J’ai passé une magnifique journée “à la rencontre de moi” par la danse, à la rencontre de l’autre, à la rencontre des autres.

La danse – et en particulier la Biodanse- est un excellent moyen de rencontrer l’Autre dans ce qu’il a de plus profond, de plus intime. Je suis toujours touchée de sentir à quel point il est possible de percevoir l’autre, de capter ses émotions, de sentir son âme. J’en profite alors pour me nourrir de l’énergie vitale et inspirante de celle-ci -merci Liliane !- ou de me ressourcer à la douce Lumière de l’âme vieillissante de celui-là -merci Patrizio !… pour recontacter ensuite toutes ces belles choses en moi. Quel plaisir de retrouver hier, certaines personnes du groupe et de les rencontrer dans ce qu’ils ont de plus profond à partager… Je ne m’en lasse pas.

Hier, c’était ma “deuxième première fois”… mais il paraît que c’est TOUJOURS une première fois.

Et pour conclure, une jolie vidéo sur le thème “Pourquoi je danse ?”…. en espérant que tout cela vous donne envie de danser comme si personne ne vous regardait !…

Et vous ?  Aimez-vous danser ? Avez-vous déjà Biodanser ?….

N’hésitez pas à partager vos ressentis et vos idées en commentant cet article ou en m’écrivant directement. Votre soutien m’est précieux… et l’union fait la force !

(Pour publier un commentaire, cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article… Merci d’avance pour votre partage !…)

Lettre ouverte à Antoine Gallimard : plaidoyer pour Citadelle (St-Exupéry) – LA SUITE…

 

Citadelle FolioCher Monsieur,

Je vous remercie pour l’attention portée à mon message et pour la réponse reçue le jour même, de Monsieur Louis Chevaillier. Je vous prie de m’accorder encore quelques secondes de votre précieux temps pour lire mes derniers arguments.
Je comprends désormais ce qui a pu motiver la réduction de plus d’un tiers de l’oeuvre originale qui, de mon point de vue, ne méritait pas d’être à ce point, remaniée et dépouillée.
Sans vouloir vous offenser, je ne pensais pas qu’un jour, la maison Gallimard -qui reste mon éditeur préféré- contribuerait à transformer l’une de nos plus belles oeuvres littéraires françaises en une forme de “Reader’s Digest”Comme quoi, même les plus grands peuvent commettre des erreurs. Continuer la lecture

Au risque de vous décevoir, je n’offrirai JAMAIS la version abrégée de Michel Quesnel.
En supprimant les redites de cette oeuvre inachevée -d’où les réitérations-, Michel Quesnel nous a surtout privés du cheminement intellectuel d’Antoine de Saint-Exupéry en pleine création d’une oeuvre extraordinaire. Comment cette évidence a-t-elle pu échapper à vos comités de réflexion ?
Tant pis, je continuerai à offrir des exemplaires jaunis et abîmés de Citadelle autour de moi… et saurai désormais expliquer les raisons de votre choix éditorial. Trouver des exemplaires suffisamment intacts pour être offerts va malheureusement bientôt ressembler à la quête du Graal... mais qu’y puis-je ?
Aussi, si Louis Chevaillier s’imagine que des adolescents découvrant des extraits de Citadelle, se tourneront ensuite vers l’oeuvre complète aux éditions La Pléiade, cela témoigne surtout du fait que nous ne fréquentons pas les mêmes jeunes gens. Pour ma part, j’évoquais des lecteurs issus de milieux modestes, qui n’ont certainement pas l’argent pour acquérir des livres dans cette édition certes, magnifique, mais fort élitiste à tous points de vue. J’aimerais tellement que, comme moi plus jeune, la nouvelle génération puisse emporter dans un sac à dos, une version intégrale de Citadelle en Folio, pour accompagner ses voyages et la découverte du monde.
J’espère également que le “souci pédagogique de faire connaître des chefs d’oeuvres au plus grand nombre” (je cite Monsieur Chevaillier) ne conduira personne d’autre à réduire ainsi, d’autres merveilleux récits.
Je suis profondément triste quand je vois ce sacrifice commis, sans sourciller, sur l’autel de la facilité. 
Le nivellement par le bas atteint même l’oeuvre d’Antoine de Saint-Exupéry : quel constat désespérant.
Suite à ma lettre ouverte d’hier relayée par internet, j’ai reçu, assez étonnamment, beaucoup de soutien : l’une de ces personnes me suggérait de vous proposer un format “e-book” électronique pour l’oeuvre intégrale initiale. 
Cela me parait une très bonne idée que je me permets de vous relayer, en espérant qu’elle retiendra davantage votre attention que mon souhait d’une réédition sous format papier. Qu’en pensez-vous ?… Pouvons-nous espérer cela ?….
Enfin, je vous renouvelle mes remerciements pour votre réponse sérieuse et argumentée et vous souhaite l’envie de vous replonger dans le texte initial, en espérant que la magie de Saint-Exupéry prendra ensuite le relai.
Après tout, si j’ai déclenché en vous -ou en quiconque- la curiosité de découvrir ou le désir de relire ce texte dans son intégralité, j’aurai contribué, à ma manière, à défendre l’héritage de St-Ex. 
Malgré mes 44 ans, j’ai la faiblesse de croire aux miracles.
Dans l’espoir d’une prise de conscience de votre part sur l’intérêt et surtout sur la beauté magistrale du texte intégral initial, je vous prie d’agréer, Cher Monsieur, l’expression de mes sentiments dévoués.
Marie-Odile Pirus
———————-
Chère Madame,
Je m’occupe de la littérature contemporaine en Folio. Antoine Gallimard m’a transmis votre message concernant Citadelle.
Vous regrettez que les adolescents ne puissent plus découvrir ce titre dans sa version intégrale en poche. Mais la nouvelle édition, réalisée en 2000, avait justement pour but de toucher un plus large public en proposant une version certes abrégée mais de plus de 400 pages de cette œuvre posthume. Comme vous le signalez, Citadelle est un texte inachevé qu’Antoine de Saint-Exupéry a souvent dit vouloir reprendre. Le pari de Michel Quesnel, et qui nous semble gagné, était de parvenir à mettre en lumière la richesse de ce livre sans les nombreuses redites du manuscrit. Loin de vouloir se substituer à l’auteur, il cherchait humblement à aider le lecteur à trouver un chemin dans les pages de cette œuvre.
Ce choix n’a donc pas été dicté par des questions de rentabilité  (bien au contraire cette édition a nécessité de nouveaux investissements) mais par le souci pédagogique de faire connaître un chef-d’œuvre au plus grand nombre, au risque de décevoir ceux qui s’étaient, comme vous, nourris de l’œuvre intégrale.
Je suis certain que les lecteurs à qui vous offrirez ce texte dans cette édition seront séduits par ce très large choix, avant de se tourner, s’ils souhaitent approfondir leur connaissance de l’œuvre de l’auteur, vers l’édition en Pléiade.
En espérant vous avoir convaincue, ou du moins avoir répondu à certaines de vos interrogations, et en vous remerciant pour votre fidélité, je vous prie d’agréer mes sincères salutations.
Louis Chevaillier

————

Merci, merci, mille mercis à tous ceux qui me témoignent leur sympathique soutien ! Cela me fait chaud au coeur de lire que je ne suis pas isolée à vouloir retrouver Cidatelle dans une version non abrégée (et un peu plus abordable qu’en édition Pléiade).

Je garde espoir que les choses peuvent changer !…

Et vous ?  Quelles idées avez-vous pour continuer ce combat ? Qui peut m’aider ???…

N’hésitez pas à partager vos ressentis et vos idées en commentant cet article ou en m’écrivant directement. Votre soutien m’est précieux… et l’union fait la force !

(Pour publier un commentaire, cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article… Merci d’avance pour votre partage !…)

 

Lettre ouverte à Antoine Gallimard : plaidoyer pour Citadelle (Saint-Exupéry)

 

Antoine GallimardDans ma “Bucket List“, j’ai des rêves “égoïstes” (du genre : sauter en parachute au-dessus de la baie du Mont Saint-Michel…. d’ailleurs, je lance un appel à mes ami(e)s  : je n’ai pas envie de le faire toute seule !!!… 😆 )… et d’autres rêves plus “altruistes”. Depuis longtemps, je rêve que Citadelle, l’oeuvre inachevée d’Antoine de Saint-Exupéry soit rééditée en version intégrale, aux Editions Folio ou Gallimard, afin que les adolescents puissent lire ce livre sublime (uniquement trouvable chez La Pléiade, autant dire inaccessible pour un adolescent). Continuer la lecture

En développement personnel, il existe une question clef face à une situation qui ne nous convient pas : “Qu’est-ce que je fais pour que cela change ??…”. Or à cette question, je répondais : “RIEN” (ce qui n’est pas très satisfaisant, j’en conviens.).

Alors, j’ai décidé d’AGIR !…  Le 07 octobre dernier, j’ai écrit à Monsieur Antoine Gallimard pour lui exprimer mon souhait. Un mois après, aucune réponse… J’ai la naïveté de m’en étonner. A défaut d’une réédition dans l’année, j’espérais au moins un courrier qui accuserait réception de ma requête… mais non, pas de réponse, nada, rien.

Je pourrais m’arrêter là, mais il en faut plus pour me décourager….alors j’ai décidé d’utiliser internet. Je crois aux réseaux. Je crois aux chaînes humaines. Je crois au bouche-à-oreilles. Je crois aux actions désintéressées. Je crois que d’autres sont prêts à passer le relai, comme je le ferais passer si quelqu’un me le demandait.

Je crois aux causes désespérées. Je crois aux rêves insensés ! 

J’ai l’espoir que dans les réseaux de mon réseau, il y a bien quelqu’un qui connait Antoine Gallimard !!… alors s’il-vous-plaît, faites passer ! Re-postez sur Facebook, sur Linkedin, Twitter… où vous voulez, mais re-postez ! Faites suivre SVP !…

Si on s’y met tous, C’EST IMPOSSIBLE QUE CELA NE MARCHE PAS, N’EST-CE PAS ?….

Alors voilà ma lettre :

“Cher Monsieur,

Je me permets de vous écrire directement pour vous faire part de ma tristesse de ne plus trouver Citadelle d’Antoine de Saint-Exupéry, dans sa version intégrale, ni en Folio, ni aux Editions Gallimard avec leur belle couverture jaune pâle.

J’ai eu la chance de découvrir ce magnifique texte, dans sa version intégrale à l’âge de 16 ans et Citadelle est resté mon livre de chevet depuis lors, tant il fût fondateur dans la construction de ma personnalité et de mes goûts littéraires. Je ne suis pas la seule dans ce cas: je pourrais vous signaler un passage entier concernant une description du désert, honteusement plagiée par Paolo Coelho (dans l’Alchimiste). Je n’ai pas hésité à le signaler à ce dernier, invité d’honneur au Salon du Livre, porte de Versailles, en 1998. Copier Saint-Exupéry, il fallait oser…

Aussi, je regrette vivement que les jeunes d’aujourd’hui ne puissent acheter Citadelle uniquement aux éditions La Pléiade, plus élitistes et fort onéreuses quand on est adolescent. Bien sûr, il existe Citadelle sous forme d’extraits (aux éditions Folio), mais cette version pose une vraie question : qui d’autre qu’Antoine de Saint-Exupéry lui-même, pouvait décider de ce qu’il convenait de conserver ou de supprimer de cette œuvre inachevée ? Cette interprétation ne reflète malheureusement que faiblement la puissance du texte d’origine, tant elle a été diminuée. Je me dis parfois qu’Antoine doit se retourner dans la tombe de son petit avion, au fond de son paradis bleu…

C’est pourquoi je me décide à vous écrire, afin de vous demander de bien vouloir publier à nouveau, l’intégralité de cet immense texte dans une version accessible financièrement aux plus jeunes. Je rachète moi-même régulièrement les exemplaires d’occasion que je trouve, dans leur version Gallimard ou Folio, pour les offrir autour de moi… mais les exemplaires en bon état commencent à se faire très rares… et j’aimerais tellement pourvoir l’offrir dans son édition d’origine: Gallimard !… Vous qui possédez le même prénom que Saint-Exupéry, j’espère que vous serez sensible à ma demande et je formule l’espoir, qu’au-delà des calculs de rentabilité, vous saurez vous rappeler ce secret du Petit Prince : « On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. ». 

Je vous remercie par avance de l’attention que vous porterez à mon courrier et vous prie d’agréer, cher Monsieur, l’expression de mes sentiments dévoués.”

Car à ce jour, je ne sais toujours pas :  Antoine Gallimard a-t-il, oui ou non, reçu ma lettre ?…

“C’est là un bien grand mystère. Pour vous qui aimez le petit prince, comme pour moi, rien de l’univers n’est semblable si quelque part, on ne sait où, un mouton que nous ne connaissons pas a, oui ou non, mangé une rose… Regardez le ciel. Demandez-vous : “-Le mouton oui ou non a-t-il mangé la fleur ?” Et vous verrez comme tout change… Et aucune grande personne ne comprendra jamais que cela a tellement d’importance !” (extrait du Petit Prince).

Citadelle FolioEt vous ?  Quelles batailles menez-vous envers et contre tout ??…

N’hésitez pas à partager vos ressentis en commentant cet article ! 

(Pour publier un commentaire, cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article… Merci d’avance pour votre partage !…)

 

Eloge du nez rouge

 

clown crizalide martine durandNon, cet article n’est pas une ode au Saint-Estèphe… mais bel et bien une invitation à rencontrer le Clown qui sommeille en vous !… Dans la série “j’ai-testé-pour-vous”, j’ai récemment suivi l’atelier “Clown et Expression de Soi: nouveau regard sur soi, nouvel espace de Liberté”, animé par Martine Durand.

Une journée et demi pour “oser lâcher prise, contacter sa spontanéité, jouer avec ses ressentis et ses sensations, explorer l’Ici et Maintenant dans l’écoute, l’empathie, l’authenticité et le plaisir du jeu” : bref, tout un programme pour moi qui n’ai jamais mis un pied sur scène et qui adore l’impro…. surtout archi préparée ! J’ai bien dû mettre deux jours à m’inscrire… tellement je me sentais dans ma zone de confort !…  Continuer la lecture

En stage de clown, à la différence du théâtre, il ne s’agit pas d’interpréter un rôle déjà défini, ni de chercher à “faire le clown”, mais plutôt d’improviser à partir de soi... autant vous dire : a priori “du chinois” pour moi… Mais la curiosité et l’envie d’essayer ont finalement dépassé l’appréhension de “ne-pas-savoir-quoi-faire-sur-scène” ou de me sentir bête avec, en plus, tous les regards posés sur moi. Alors je me suis lancée, en me souvenant du principe que le ridicule ne tue pas et que si cela me fait peur, c’est qu’il y a sans doute quelque chose à aller affronter et à dépasser pour en ressortir grandie !…

Bien m’en a pris : j’ai vécu un week-end magnifique dans lequel j’ai beaucoup appris (sur moi), beaucoup observé (les autres) et aussi beaucoup ri (en lien avec les autres). S’il existe un stage sur Terre pour se connecter à la Joie, c’est celui-là, croyez-moi !…

Martine Durand est comédienne et Clown, mais aussi Coach, formatrice en communication orale et maître-praticienne en PNL. Autant dire que ce Clown-là a de sérieux atouts pour vous guider ludiquement sur le chemin de la Connaissance de Soi et d’une communication authentique, en pleine conscience des émotions.

Ce fût une très belle expérience de partager la scène dans la simple et profonde complicité d’être ensemble dans l’Ici et Maintenant, sans la moindre idée de ce qui allait s’improviser à partir d’un rien, d’un détail, d’une émotion.

Ce que j’aime chez le Clown, c’est que TOUT est prétexte à l’émerveillement ! 

Ce stage a été finalement un voyage vers l’Enfance, une invitation poétique à recontacter une profonde gaité et à savourer la joie simple d’être vivant avec les autres, dans le moment présent. Excusez du peu !… 

Je ne peux que vous inviter à tenter l’expérience et à rencontrer Martine Durand : nul doute que cette belle âme, gaie et généreuse, saura vous guider et vous faire rencontrer votre Enfant intérieur et le laisser s’exprimer.

Une très belle idée également pour les DRH en manque d’inspiration pour l’animation des diners de fin d’année !…

Pour aller plus loin : http://www.crizalide.com

Et blog du coaching oblige, vous trouverez ci-dessous un court extrait de Crizalide, accoacheuse en visite dans une Association des Coachs Professionnels…

Enjoy !…

Et vous ?  Avez-vous déjà essayé un stage Clown ? Ca vous a plu ?Vous aimeriez essayé, mais vous n’osez pas ? Qu’est-ce qui vous retient ?

N’hésitez pas à partager vos ressentis en commentant cet article ! 

(Pour publier un commentaire, cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article… Merci d’avance pour votre partage !…)