Quel est mon désir ? (Alan Wats : If money was no object – video)

 

Just do itAux jeunes diplômés n’ayant pas la moindre idée de ce qu’ils veulent faire, Ian Wats pose cette question simple : “Qu’aimeriez-vous faire si l’argent n’était pas un sujet ? Comment aimeriez-vous VRAIMENT passer votre vie ?”.

Une fois, cette passion identifiée, AIan Wats a une réponse sans équivoque : “Alors faites le. Oubliez l’argent.

“Parce que si vous croyez que gagner de l’argent est le plus important, vous allez passer votre vie à perdre votre temps : vous allez faire des choses que nous n’aimez pas pour continuer à vivre, c’est-à-dire à faire des choses que vous n’aimez pas… CE QUI N’A AUCUN SENS !…

“Mieux vaut avoir une courte vie remplie à faire ce que vous aimez faire, plutôt qu’une longue vie, vécue misérablement.”, poursuit-il.

Son point est que si quelqu’un aime réellement ce qu’il fait, il peut devenir l’expert de son domaine de prédilection et finir par en vivre, quel que soit le sujet. “Si quelque chose vous passionne, argumente-t-il, vous rencontrerez d’autres personnes intéressées par le même sujet.”

“Mais il est absolument stupide de faire des choses que l’on n’aime pas, pour continuer à faire des choses que l’on n’aime pas, pour continuer à faire des choses que l’on n’aime pas, etc etc….. et apprendre à vos enfants à faire pareil.” car, insiste-t-il, “nous éduquons nos enfants à suivre le même style de vie que nous vivons.”

“Par conséquent, il est si important de répondre à cette question : qu’est-ce que je désire ???….”

Ci-dessous la vidéo du discours d’Alan Wats (en anglais) joliment illustrée. Le genre d’extrait que j’aurais aimé regarder à la fin de mes études, ce qui m’aurait peut-être éviter de tout recommencer dix ans après, qui sait ?  Continuer la lecture

Cette question demeure cependant en permanence, d’actualité : qu’est-ce que je désire ??…

 

Et vous ? Quel est votre désir ? Que souhaitez-vous vraiment faire de votre vie ??…

N’hésitez pas à répondre à cette question et/ou à commenter cet article !… Merci !

(Pour publier un commentaire, cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article… Merci d’avance pour votre partage !…) 

L’Elément Humain de Will Schutz: en deux mots, c’est quoi ?

 

will schutz element humain 2

L’Elément Humain de Will Schutz, c’est quoi ?

Le modèle de l’Elément Humain présente une théorie et une méthode dont le but est d’aider chacun à augmenter sa conscience de soi, son estime de soi, l’acceptation de soi, et de réaliser ainsi pleinement son potentiel humain , individuellement et en tant que membre d’un groupe. L’idée clef est que l’Humain est l’Elément central à partir duquel se développent des relations collaboratives et la confiance.

Quels sont les principes fondamentaux de l’Elément Humain ?

Les principes fondamentaux sont :

LA PRISE DE CONSCIENCE 

Les succès des personnes et des équipes reposent sur la capacité de se comprendre soi-même et de comprendre les autres

LA VERITE

Dire la vérité est la meilleure voie pour résoudre les difficultés personnelles et interpersonnelles.

LE CHOIX

Le pouvoir s’acquiert en choisissant soi-même sa propre vie.

LA PRESENCE PERSONNELLE

Les personnes obtiennent de meilleurs résultats quand elles sont présentes à elles-mêmes, en possession de leurs moyens.

 Les 3 dimensions centrales du modèle de l’Elément Humain sont : 

– L’inclusion 

C’est la dimensión en rapport avec le nombre approprié de contacts que l’on a avec les autres. Quand une personne inclut les autres, elle a des activités AVEC, fait des choses AVEC, initie la relation et s’intéresse aux autres.

– Le contrôle 

C’est la dimensión en rapport avec le niveau approprié de contrôle qu’un individu exerce sur les autres. Il est posible de mettre le contrôle en parallèle avec le fait d’être dominant ou non-dominant et d’être au-dessus ou en dessous. Quand une personne contrôle, elle prend les choses en main, a de l’impact, décide et prend en charge.

– L’ouverture

C’est la dimensión en rapport avec le niveau approprié d’ouverture, c’est-à-dire avec le fait d’être ouvert ou fermé vis-à-vis des autres. Quand une personne s’ouvre aux autres, elle est sincère, authentique et exprime ses vrais sentiments.

Il est essentiel de bien comprendre ces trois dimensions pour comprendre comment la conscience de soi et l’estime de soi peuvent être développées au sein d’un groupe ou d’une organisation.

Le questionnaire Elément B issu de la méthode de Schutz permet d’évaluer ses préférences comportementales sur ces trois dimensions (inclusion, contrôle, ouverture)  grâce à une grille de notation qui permet de comparer la perception que l’on a de soi, avec la perception idéale que l’on aimerait avoir de soi ainsi qu’avec la perception que les autres ont de soi. 

Et vous ? Connaissez-vous le modèle Elément Humain de Will Schutz ? Vous en pensez-quoi ?

N’hésitez pas à me donner votre avis en commentant cet article !…

(Pour publier un commentaire, cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article… Merci d’avance pour votre partage !…)

The Bucket List : quels sont mes rêves avant de mourir ?

 

The Bucket List pictureAvez-vous vu le film “The Bucket List” (ou “Sans plus attendre” en version française) ? C’est l’histoire de deux patients du service d’oncologie qui, lorsqu’ils apprennent qu’ils sont condamnés à court terme, rédigent la liste des choses à faire “sans plus attendre” autrement dit, la liste des choses à réaliser avant de mourir. Un film sur la mort, gai et revigorant comme une ode à la Vie. Un film en forme de wake-up call.

“La vie étant une maladie mortelle”, je me suis sentie très vite condamnée. Dès l’âge de 4 ans, à la mort de ma grand-mère, j’ai compris que je pouvais être dépossédée de ce qui m’était le plus cher (ceux que j’aimais) et que la vie pouvait s’arrêter, comme cela, sans prévenir, sans préavis. Je crois que j’ai commencé à rêver ma vie à cet âge là. J’ai commencé très tôt ma “Bucket List” et j’ai, dès lors, cherché à réaliser mes rêves avec l’acharnement du désespoir.

J’ai longtemps eu peur de “ne pas vivre assez”, de “mourir trop tôt”. Comme d’autres font des listes de courses, j’ai pris l’habitude de faire des listes de rêves.

Cette semaine, j’ai rédigé deux listes : la liste des rêves déjà réalisés et celle des choses encore à vivre.  Continuer la lecture

C’est un exercice qui m’a fait beaucoup de bien pour deux raisons : la première liste m’a donné la douce satisfaction d’avoir déjà bien vécu : après tout, j’ai déjà nagé avec les baleines à bosse en liberté (en République Dominicaine), crapahuté au Camp de base de l’Everest (coté Tibet), survolé les troupeaux sauvages de l’Okavango en petit coucou, dormi une semaine en Amazonie chez les Indiens (au départ de Manaus),… pour n’en citer que quelques-uns. La deuxième liste m’a fait réaliser ce qu’il restait important à vivre pour moi, où étaient mes priorités existentielles. Moi qui croyais avoir réalisé la plupart de mes rêves, j’en ai finalement identifié quelques uns, qui devraient “me tenir éveillée” encore quelques années  : faire une transat à la voile, faire le tour des Anapurnas en trek, faire la route 66 en Harley, mettre mes compétences au service d’un projet humaniste, etc.

J’ai aussi réalisé quelque chose : IL N’Y A PAS DE PETITS REVES. Il y a des rêves et c’est tout. Chacun des rêves déjà derrière moi, a été la source d’une immense Joie.

Je me souviens d’un conférencier externe chez  MSC Software, le genre “motivational speaker”:  David Taylor, auteur du “Naked Leader” (le Leader Nu). David Taylor nous avait souhaité d’avoir “DES REVES ENORMES ET AMBITIEUX“, car disait-il, “cela prend autant d’énergie de réaliser de grands rêves que des petits”.

Pour mon 50 ème article en ligne sur ce blog -merci de me lire !!- , c’est tout le mal que je vous souhaite en ce lundi et pour votre vie. Comme lui, je vous dis : “HAVE HUGE AMBITIOUS DREAMS !…”

This is your life

Et vous ? Quel est votre plus beau rêve déjà réalisé ? Quel est celui que vous souhaiteriez vraiment vivre avant de mourir ? 

Partagez vos rêves passés et à venir en me laissant un commentaire !….

(Pour publier un commentaire, cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article… Merci d’avance pour votre partage !…)

“Il suffit d’aimer.” : leçon de vie de Soeur Emmanuelle.

 

Soeur Emmanuelle il suffit d aimerJe faisais récemment l’éloge des causes perdues en rendant hommage à celles et ceux qui se battent –souvent avec rien- pour changer le cours des choses. J’aime cette compétence là, cette énergie -que dis-je ?… cette foi !… 

Je me suis souvent demandé ce que moi-même, je recherchais dans mes voyages au bout du monde, dans toutes mes rencontres et mes discussions improbables avec toutes sortes de gens, du cadre dirigeant richissime matériellement, au vagabond voyageur, dont toute la vie tient dans un sac à dos.

Si j’aime l’intelligence, je crois que ce qui me touche et fascine encore plus est ce supplément d’humanité qu’il m’arrive parfois de rencontrer : on dirait que certaines personnes naissent –ou développent ?- un supplément d’âme, un cœur plus grand, capable d’aimer et de donner au –delà du mien. J’aime fréquenter ces âmes là !!… Il me semble que ces personnes font résonner le meilleur de moi, que je me bonifie à leur contact… 

Dans mes « héros du quotidien », se trouve Sœur Emmanuelle, dont je perçois la qualité d’âme, même à travers un écran. Aussi, je vous propose une belle vidéo dans laquelle Sœur Emmanuelle nous invite à vivre d’amourContinuer la lecture

« Ce qui est don gratuit ne peut pas mourir. » J’aime cette humanité, cette immortalité là… car quand j’y pense, ce qui me réjouit profondément est moins ce que je sais gagner, que ce que je sais donner.

Et si nous mettions tous un peu plus de “don gratuit” dans notre vie, nos pratiques, nos entreprises ?  

Si j’observe les gens les plus heureux autour de moi, j’en arrive toujours à la même conclusion. Leur secret se résume en peu de mots : « Il suffit d’aimer. »

Voilà ce que je souhaitais partager avec vous en ce beau jour d’été…

Et vous ? Avez-vous été touché par le témoignage de Sœur Emmanuelle ? N’hésitez pas à vous exprimer et à me laisser un commentaire…

(Pour publier un commentaire, cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article… Merci d’avance pour votre partage !…)

Eloge des causes perdues.

 

LePetitPrinceAntoineDeSaintExuperyJ’aime les causes perdues. J’aime encore plus, ceux et celles qui consacrent leur temps libre et leur énergie à se battre pour des causes perdues d’avance, pour des gouttes d’eau dans l’océan. “Mais si ces gouttes d’eau n’existaient pas, elles manqueraient à l’océan.” (pour citer Soeur Emmanuelle).

A la veille des grandes vacances et à l’heure où certains ne vont pas hésiter à “oublier” leur chat ou leur chien sur une aire d’autoroute, je vous propose une vidéo gaie et inspirante. 

J’aime bien cette vidéo… et l’idée que l’on peut –QUE JE PEUX !! – changer le monde.

Il est possible de changer le monde, chacun à son niveau, parfois avec des bouts de ficelle…. ou des ballons gonflables, bref trois fois rien.

J’aime l’idée qu’il en faut peu pour avoir UN IMPACT POSITIF, augmenter le niveau de CONSCIENCE… et de JOIE.

Je dédie cette vidéo à tous ceux qui croient qu’on ne peut rien changer… Continuer la lecture

J’ai une pensée particulière -et beaucoup d’admiration- pour tous ceux et celles (comme Violeta et Philip à l’origine de l’initiative de cette vidéo), qui se battent pour “RENDRE L’INVISIBLE, VISIBLE”.

“On ne voit ne bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux.”. (Saint-Exupéry). Si le Petit Prince le dit, alors….

Et moi ? Quelle sera “ma cause perdue” ? Peut-être que la mienne est d’aider un patron, un DRH à ré-enchanter l’entreprise : c’est un domaine où j’ai des idées, des nouvelles compétences… et osons le mot : la foi que c’est possible, faisable… surtout à deux !!…

Et vous ? Quelle sera la vôtre ??…

Avez-vous été touché par cette vidéo ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire…

(Pour publier un commentaire, cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article… Merci d’avance pour votre partage !…)