Droit du Travail : un (très) bon avocat à Paris ?

bon avocat Paris

 

« Tu connais un bon avocat à Paris ? » (sous-entendu en Droit du Travail ou Droit Social…).

C’est sans doute l’une des questions que l’on me pose le plus souvent, compte tenu de mon expérience de DRH.

C’est quoi un bon avocat ?

  • Un bon avocat, c’est d’abord une personne compétente. Les problèmes juridiques sont tellement complexes qu’il vous faudra souvent un expert, spécialiste dans son domaine, au courant des dernières évolutions et jurisprudences sur les affaires similaires.
  • C’est une personne de confiance. En général, quand on cherche un avocat, c’est que l’on traverse une période un peu compliquée, dans laquelle on a besoin d’aide. Il est primordial de s’adresser à quelqu’un qui partage vos valeurs, votre étique et qui ne vous trahira pas, quelles que soient les circonstances.
  • C’est une personne au sens aigu de la confidentialité. Vous allez lui confier votre intimité. Il doit en échange vous garantir un respect sans faille du secret professionnel et préserver votre anonymat s’il évoque votre dossier à l’extérieur.
  • C’est une personne disponible et joignable, que vous pouvez appeler facilement et qui vous rappelle s’il est occupé. Vous serez suffisamment stressé pour ne pas avoir à courir après votre avocat…. C’est une qualité précieuse.
  • Enfin, un bon avocat, c’est une personne transparente sur ses honoraires. Ce dernier point doit être sans surprise, de la première consultation (offerte ou non) à l’issue du dossier ou à ses suites éventuelles (et ses conséquences en termes d’honoraires pour vous).

Et un bon avocat, ca coûte combien ?

Un bon avocat ne vous coutera pas forcément beaucoup plus cher qu’un mauvais… (Là aussi, j’en connais, mais la liste n’intéresse en général personne !…). Son coût variera selon les cabinets.

Pour un particulier, il existe différentes formules. Vous aurez le choix entre :

–          un montant fixe horaire, majoré (ou non) d’un honoraire de résultat (c’est-à-dire d’un pourcentage des sommes obtenues à l’issue de la défense de votre dossier),

–          un montant forfaitaire fixe par instance, majoré (ou non) là encore, d’un honoraire de résultat (pourcentage des sommes obtenues). Dans ce dernier cas, si une transaction intervient avant la saisine du Tribunal des Prud’hommes, ce dernier montant est souvent revu à la baisse.

Alors un bon avocat à Paris, tu en connais ou pas ??…

Bonne nouvelle : j’en connais (testés pour vous !)…et ceux dont je vais vous donner les noms ci-dessous sont même excellents !

Les avocats ci-dessous répondent tous aux critères évoqués plus haut. J’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec eux sur mes différents postes et je les recommande sans hésiter, que ce soit pour des particuliers ou pour intervenir en entreprise si vous êtes DRH.

Par ordre alphabétique :

Maître Jean-Marc ALBIOL (cabinet OGLETREE DEAKINS) 

Téléphone : 01 70 61 54 73 / 06 07 63 74 79

Mail : jean-marc.albiol@ogletree.com

 

Maître Jean-Sébastien GRANGE (cabinet VICTOR) 

 

Téléphone : 01 53 42 66 51

Mail: grange@victoravocats.fr

Site internet : http://www.victoravocats.fr/fr-equipe.html

 

Maître Pieter-Jan PEETERS (cabinet PJP)

Téléphone : 01 53 76 00 68

Mail :  pieter-jan.peeters@pjp-paris.avocat.fr

Site internet : http://www.pjp-paris.avocat.fr/

NOTA BENE :  Plusieurs cabinets d’avocats ont essayé, via les commentaires, de se positionner et de se faire de la pub via mon blog…. Ce n’est pas très correct. Cet article a pour seule vocation de mettre en lumière des avocats que j’ai testés PERSONNELLEMENT sur le long terme et sur différentes missions. Inutile donc de me donner les références d’autres avocats ou cabinets : je ne les mettrai pas en ligne. A bon entendeur…  😆

 

bon avocat droit du travail

Merci de laisser un commentaire, une astuce, un avis sur cet article !

(Pour publier un commentaire, cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article… Merci d’avance pour votre avis et votre partage !…)

28 réflexions au sujet de « Droit du Travail : un (très) bon avocat à Paris ? »

  1. Hello,
    Merci pour la liste des avocats.
    J’ai souvent entendu dire que certains avocats sont pro-employeurs et d’autres pro-employés.
    Si vous avez connus ceux ci de par votre travail en tant que DRH, ne sont ils pas plutôt pro-employeurs ?
    Dans ce cas sont ils recommandables à un employé qui a un litige avec son employeur ?
    Notez bien que c’est une question, pas une attaque. La question me tarabuste, et j’apprécierais d’avoir des avis dessus.

    Bonne journée

    • S’il est vrai que j’ai rencontré -et « testé » professionnellement- les avocats que je mentionne dans cet article, via mon métier de DRH, je recommanderais SANS HESITER ces trois avocats dans le cadre d’une défense en droit social, à titre privé. Ils sont tous les trois, excellents et surtout « pro-clients » avec de vraies valeurs humaines et une éthique irréprochable. Même en tant que DRH, il était très important à mes yeux de travailler avec des avocats qui respectaient AUSSI mes salariés. Gagner un procès, c’est bien. Le gagner en pouvant toujours se regarder dans la glace le matin, c’est mieux… et indispensable pour moi

  2. Effectivement avoir un bon avocat joue beaucoup. On m’avait d’ailleurs conseillé, comme vous le faite, quelqu’un de talentueux. Lorsque j’ai pris rdv pour qu’elle me defende, elle m’a dirigé vers l’un de ses collaborateurs. J’ai fait confiance. Il a geré mon dossier pendant 1 an. Lors du jugement au CDP, il a tout bonnement été catastrophique ! une plaidoirie à pleurer….comment peut-on etre aussi mauvais (erreur dans les dates, les noms, et pire encore attester des faits completement faux) ! stress ? 1ere fois ? peu importe la partie adverse en a fait qu’une bouchée….Et j’avais pourtant un excellent dossier…Je n’ai pas encore le resultat mais tres franchement je doute avoir remporté la partie. Me reste l’appel mais certainement pas avec ce cabinet. Alors un bon avocat oui, mais si collaborateur ou eleve il y a, qu’ils fassent en sorte de s’assurer de leur niveau.

    • Je suis d’accord avec vous et comprends vos sentiments… Si votre dossier est excellent, n’hésitez pas à faire appel et à changer de cabinet.
      Les trois avocats que je cite dans cet article sont des avocats avec lesquels j’ai travaillé personnellement et en direct. J’en ai rencontrés, bien sûr, plein d’autres dans ma carrière avec lesquels j’ai également travaillé, mais disons que ces trois là « sortent du lot » de par leurs compétences, leur étique et leurs valeurs humaines. Des avocats qui connaissent le droit, il y en a beaucoup sur le marché. Personnellement, je recherche bien plus que des compétences. Les compétences, c’est le minimum dans ce métier.

      Je reconnais aussi que dans certains cas, j’ai perdu des cas que j’aurais dû gagner… et gagné des procès que j’aurais dû perdre. Il reste une part de je-ne-sais-quoi dans tout procès qui peut tout faire basculer. Raison de plus pour être sûr de son avocat afin de réduire cette part au strict minimum. Bon courage et bonne chance pour la suite ! L’appel peut tout faire changer.

  3. bonjour,
    j’apporte ma pierre à l’édifice : un avocat « tueur » en plaidoirie, car c’est là que l’on gagne son procès aux prud’hommes.

    • Oui, c’est mieux en effet, qu’il maitrise cet art.
      NB : votre commentaire mentionnant le nom d’un avocat que je n’ai jamais testé personnellement, j’ai supprimé son nom dans votre commentaire… mon blog n’ayant pas vocation à se transformer en plateforme publicitaire pour cabinets d’avocats !… 😉

  4. Cet article est tout à fait important du point de vue social car ici tout le monde peut comprendre le rôle des avocats. De plus, les informations sont clairs ,simples afin de bien pouvoir choisir les bons avocats.

    • Merci pour votre commentaire. Pour être tout-à-fait honnête, je pense que sa présence n’a qu’un seul objectif : positionner votre cabinet et le lien URL qui renvoie le lecteur vers votre site… Vous n’êtes pas le premier à essayer d’utiliser mon blog pour vous faire de la pub.
      Sachez que j’ai -bien évidemment- retiré ce lien.
      Cet article a pour seule vocation de mettre en lumière des avocats que j’ai testés PERSONNELLEMENT sur le long terme et sur différentes missions. Inutile de me donner les références d’autres avocats ou cabinets : je ne les mettrai pas en ligne. A bon entendeur…

  5. Etant moi-même ancien DRH et ancien chef d’entreprise, j’ai aussi travaillé avec un certain nombre d’avocats, j’ai trouvé que votre l’article expose bien ce qu’est un « bon avocat ». Je voudrais simplement :
    – compléter l’aspect compétence, dont vous avez fait part, par la capacité à poser toutes les questions nécessaires à son client pour bien comprendre le contexte et connaître tous les éléments de fait qui peuvent avoir une importance pour l’affaire. Cette capacité sera particulièrement importante lorsque le client est peu expérimenté et risque donc de ne pas spontanément fournir à son avocat toutes les informations utiles.
    – Indiquer que j’ai malheureusement rencontré plusieurs fois des avocats qui louvoyaient sur le plan des honoraires et bien évidemment c’est avec ceux-là que l’on peut avoir de mauvaises surprises.

    • Vous avez raison : l’art du questionnement -et de l’écoute des réponses- est une compétence clef dans ce métier; comme celle d’être clair avec son client sur tous les aspects de la relation, y compris du contrat qui les lie.

  6. Je suis vraiment d’accord avec votre analyse, toutefois deux des trois avocats sont associés de cabinet de grosse taille, il me semble qu’il faut essayer un autre cabinet de plus petite taille et surtout une femme!
    Dans ce métier et ce secteur, il faut être imaginatif et avoir du courage, il me semble que les femmes ont ces qualités et notamment les femmes chef d’entreprise c’est à dire ayant créé leur propre cabinet, ce qui est bien différent d’être associé d’une structure.
    Je suis à votre disposition pour essayer de travailler avec vous, notamment sur un petit dossier, même s’il n’y a pas de petit dossier mais disons un dossier à conséquence faible.
    Je suis à votre disposition si vous en avez le souhait.
    Bien à vous

    • Je ne pense pas qu’être une femme garantisse quoi que ce soit, pas plus que d’être un homme d’ailleurs. Il y a des gens compétents et des gens incompétents, des personnes avec des belles valeurs et d’autres, sans la moindre morale…. malheureusement, dans les deux sexes.
      Merci pour votre proposition : je ne suis plus DRH pour le moment, donc je ne fais plus appel à des avocats…
      Si je redevenais DRH, il y a de fortes chances que je continue avec ces trois là, puisque j’en ai déjà été très satisfaite par le passé et que j’ai des exigences plutôt élevées en tant que cliente. Un bon avocat, c’est un peu comme un bon dentiste : quand on en a un « très bon », on n’en essaie pas d’autres, juste pour le plaisir d’essayer… en tous cas, pas moi. D’ailleurs, j’ai le même dentiste depuis 28 ans !

    • Bonjour Frank,
      C’est très simple : parce que j’ai travaillé en tant que DRH en Ile de France avec des avocats… situés à Paris !
      Je ne recommande que des avocats avec qui j’ai travaillé EN DIRECT, sur des dossiers complexes.
      Ce sont trois avocats dont je suis sure à la fois des compétences, des qualités humaines et de la déontologie.
      J’ai écrit cet article au début de mon blog essentiellement pour mes amis : je me lassais de faire suivre régulièrement les coordonnées de ces 3 avocats dont j’étais sure de la qualité et j’ai décidé de mettre toutes les infos, une fois pour toutes, dans un article en ligne sur mon blog. J’étais loin d’imaginer que cet article serait l’un des articles le plus lu de mon site ! Tant mieux pour eux : ils le méritent.
      Cordialement, Marie-Odile

  7. Bonjour,

    Merci pour cet article clair et plus que juste. Petite question: savez-vous si ces avocats interviennent en droit administratif ?

    Merci pour votre retour !!
    Cordialement,
    Lilya

  8. Bonjour,
    Je vous conseille de contacter l’un des avocats que je recommande.
    J’ai eu l’occasion de travailler avec les trois et ils sont tous les trois très bons, pour ne pas dire « excellents », avec des qualités techniques et des qualités humaines. Vous aurez besoin des deux, croyez-moi. Les premières, pour avoir un bon dossier (et gagner), les secondes pour bien dormir la nuit (et préserver votre confort émotionnel). Bon courage à vous, Marie-Odile

  9. Bonjour,
    Merci pour ce billet.

    Je cherche à conjuguer votre « « Tu connais un bon avocat (…)? » (sous-entendu en Droit du Travail ou Droit Social…) »,
    mais localisé en région…

    Forcément depuis la lointaine province, cumuler le statut du particulier, à celui de débarqué, même si le licenciement est d’ordre économique,
    cela revient à résoudre la quadrature du cercle.
    Alors je me permets de lancer une bouteille à la mer: auriez-vous des contacts ou des pistes à recommander en dehors de la capitale?

    Merci de votre attention

    • Bonjour,

      Non, je ne connais pas d’avocat en province.
      En revanche, il n’est pas absolument nécessaire de rencontrer physiquement son avocat (téléphone, mails, skype,…). J’ai déjà traité des dossiers avec des avocats en les rencontrant en toute fin de processus, un lien suffisant s’étant créé par téléphone et par simples échanges de mails.

      Une autre idée est de contacter les DRH de quelques sociétés de votre région et leur demander avec qui ils travaillent et qui ils vous recommandent.

  10. Avoir un bon avocat peu être déterminant, j’en suis le bel exemple, malheureusement. Une DP en qui j’avais entière confiance, et qui m’avait assistée lors de l’entretien préalable, m’avait conseillé un avocat, gagnant sois-disant tout. J’y suis allée les yeux fermés. Je savais à l’avance qu’il pratiquait des honoraires de malade, mais j’étais perdue, vexée et humiliée par ce licenciement vécu comme une véritable punition reçue à 47 ans.
    Je passe les détails, l’humiliation d’être convoquée, presque aux yeux de toute l’entreprise, une très grosse entreprise. Pour une faute que je n’avais pas commise et dont mon chef me faisait porter le chapeau, avec l’aval de ma N+2, parce que je ne m’entendais pas avec lui…
    J’ai fait confiance. Mal m’en a prit. Il a geré mon dossier correctement pendant 1 an, puis voyant que je refuserais toutes les propositions transactionnelles tant qu’elles n’atteindraient pas la somme dont nous avions convenu au départ, je ne cèderais pas, il a petit à petit « laché » mon dossier.
    Il a annulé le rdv de préparation de l’audience car débordé. Lors de l’audience au CDP, il a été catastrophique, en retard, prise de bec avec le président, erreur dans les dates, les noms, pire inventant des choses fausses, et donc vérifiables. une plaidoirie à pleurer….
    La partie adverse m’a une fois de plus humiliée. Devant une salle pleine, j’ai de nouveau passé un sale quart d’heure qui a en fait duré plus d’une heure !
    Et pourtant, j’avais un excellent dossier… En béton, avec les preuves que les erreurs venaient d’autres personnes.
    Un tellement bon dossier, que j’ai gagné (le strict minimum que prévoit la loi, alors que je pouvais espérer bien plus et que j’ai été déboutée de toutes mes autres demandes) alors que je me voyais perdre haut la main après la raclée reçue à l’audience.
    Me reste l’appel mais certainement pas avec cet avocat.
    Accepteriez vous de me donner quelques conseils supplémentaires pour faire le bon choix ?

    • Merci pour votre témoignage et désolée de ne pas pouvoir vous aider davantage personnellement. Ce blog a jusqu’à plus de 10 000 visites par jour? J’essaie de le faire vivre sur mon temps libre. Je ne peux pas en faire plus, désolée… sinon mes nuits y passeraient aussi ! Merci de votre compréhension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *