Se battre pour ses rêves (vidéo TRES inspirante)

 

a dream is all you need

En cette période de rentrée, de nouveau départ après l’été, je vous propose une vidéo TRES inspirante qui, je l’espère, vous donnera de l’énergie et vous encouragera à poursuivre la seule chose qui vaut VRAIMENT la peine d’être poursuivie : VOS REVES !!!…

Voici une vidéo qui parle d’envie, de tentation d’abandonner, de lutte contre les discours et les peurs des autres, de lutte bien sûr aussi, contre ses propres peurs.

Cette vidéo nous rappelle que Walt Disney a d’abord été viré d’un journal pour « manque d’imagination »… avant de devenir le plus grand créateur de dessins animés de tous les temps et de remporter 22 Academy Awards !…  J’y ai appris qu’Abraham Lincoln avait d’abord fait faillite, puis traversé une dépression nerveuse et enfin perdu huit élections avant de…. devenir le seizième Président des Etats-Unis.

D’autres exemples nous rappellent que ce qui caractérise les réussites n’est pas une prédisposition particulière à réussir, mais d’abord une volonté farouche à se relever de ses échecs… Car voilà l’un des éléments clefs : l’échec est une étape indispensable à la réussite. Rien ne s’obtient sans obstacle, sans trébucher. La question n’est pas de savoir combien de fois êtes-vous tombé, mais plutôt combien de fois vous êtes-vous relevé ? C’est cela qui fera toute la différence : de vous être relevé une fois de plus.

Jusqu’où va votre élan vital ?

Jusqu’où êtes-vous prêt à vous battre pour avoir -enfin- la vie que vous désirez vivre ?

QUI voulez-vous être ?…. -pas QUE voulez-vous être, mais QUI ??

Voici une vidéo qui parle de NE JAMAIS ABANDONNER, de NE JAMAIS S’ABANDONNER SOI. Il y a tellement de façons de mourir à soi, aussi efficace qu’un suicide réel. 

Cela m’évoque une citation de Christian BOBIN issue de La Plus que vive : « Le monde n’est si meurtrier que parce qu’il est aux mains des gens qui ont commencé par se tuer eux-mêmes, par étrangler en eux, toute confiance instinctive, toute liberté donnée de soi à soi. Je suis toujours étonné de voir le peu de liberté que chacun s’autorise, cette manière de coller sa respiration à la vitre des conventions, et la buée que cela donne, l’empêchement de vivre, d’aimer. »

dream not easy« You want something ? Go and Get it !… Period. » (Traduction : « Tu veux quelque chose ? Vas et attrape-le. Point barre. »)

Et s’il-vous-plaît, ne me répondez pas que « ce n’est pas si simple… ». Je le sais… Et je n’ai jamais dit que c’était simple. Je dis juste que cela en vaut la peine… c’est tout.

Enjoy the video ! (Tout est sous-titré en français. Il faut juste faire disparaître la barre de pub en bas de l’écran: les sous-tires sont derrière.)

N’hésitez pas à partager vos ressentis, vos émotions et vos idées en commentant cet article. Votre commentaire est précieux !…

Pour publier un commentaire, c’est encore un peu plus bas ci-deesous dans la zone « Je laisse un commentaire » (si vous êtes dans l’article) ou bien cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article (si vous êtes en dehors de l’article)… Merci d’avance pour votre partage !…

8 réflexions sur « Se battre pour ses rêves (vidéo TRES inspirante) »

  1. Un phrase me vient à l’esprit. Elle est issue d’un conte : « Lâche pas l’affaire ! ».
    Quand une histoire vous colle à la peau !

    Un roi était très riche et très prospère. Il avait 3 fils et une fille, sa petite dernière qu’il chérissait tout particulièrement. Son soleil, sa vie, la prunelle de ses yeux … Ce roi possédait des centaines de troupeaux de toutes sortes (moutons, chèvres, chevaux, bœufs ….). Or un matin, ses gens affolés viennent lui faire part d’une catastrophe. Tous les animaux sans exception sont morts.
    Qu’à cela ne tienne il a suffisamment de biens et de richesses pour en acquérir de nouveaux. Il décide donc d’aller acheter de nouveaux troupeaux. Impossible, on refuse de lui vendre d’autres animaux. Un marchand plus prolixe que les autres lui explique que si ses bêtes meurent ce n’est pas de maladie. On n’a jamais vu une maladie décimer en même temps moutons, chevaux, chiens, porcs, chèvres …. Le problème est ailleurs. La présence d’une personne dans votre château provoque ces morts et il lui conseille de la retrouver très vite. Mais comment demande le roi. Oh c’est simple, retrouvez celui ou celle qui dort les mains entre les jambes (Vous vous posez la question !!!! Hi ! Hi !).
    Le roi de retour au château attend la nuit et dès que tout le monde dort, fait sa tournée et soulève le drap de chacun.
    Sa femme … ouf ce n’est pas elle !
    Ses fils … Dieu merci ce ne sont pas eux non plus !
    Sa fille … Malheur c’est elle, son sucre d’orge, le soleil de sa vie, sa joie ….
    Dès le lendemain il décide qu’elle quittera le château. Mais comment faire où pourrait-elle aller ? Il la confie à l’un de ses serviteurs qui devra l’emmener dans une maison au milieu de la forêt. Il devrai aussi lui apporter des vivres chaque jour et pourvoir à son bien-être.
    Le serviteur connaît la raison qui a poussé le Roi à se séparer de sa fille. En chemin, il réfléchit et se dit que s’il est obligé de venir chaque jour voir cet enfant il va être lui aussi possédé. Il décide donc de l’abandonner dans la forêt et s’enfuit.
    L’enfant passe une nuit terrible seule dans la forêt, elle qui a toujours été dorlotée.
    Au petit jour, elle se met en marche et arrive dans un village où elle est recueillie par une famille de villageois à qui elle raconte son histoire. Les villageois l’accueil malgré cela en disant que cela ne se peut. Dès le lendemain matin, tous les animaux du village sont morts. Les villageois la chassent. Un couple de paysans généreux lui porte secours et une nouvelle fois tous les animaux meurent. Elle se réfugie donc pour la seconde fois dans la forêt.
    Et là une vieille femme qui n’a qu’un pauvre chien accepte de l’héberger malgré son histoire. Bien évidemment, le chien meure. La vieille femme ne s’en offusque pas et décide d’aider l’enfant à changer l’histoire.
    Il existe à l’autre bout de la forêt une tour dans laquelle habitent 3 moires (fées). Dès demain matin, je vais faire des gâteaux et les mettre dans un panier que tu leur porteras. En échange tu demanderas que l’on te tisse une nouvelle histoire.
    L’enfant traverse la forêt, arrive au pied de la tour et frappe à la porte « toc ! toc ! ».
    « Qu’est-ce que c’est ».
    « Je vous apportes des gâteaux »
    « Nous n’en voulons pas. Passez votre chemin »
    Après plusieurs tentatives, les moires ouvrent finalement la porte, prennent les gâteaux et rendent le panier à l’enfant avec du crottin.
    De retour l’enfant dépitée dit à la vieille femme que cela n’a pas marché.
    « Lâche pas l’affaire ! On recommence demain matin ! »
    Le lendemain matin, la petite fille repart avec son panier de gâteaux et revient avec du crottin.
    La vieille femme dit « Lâche pas l’affaire ! On recommence demain matin ! ».
    Le lendemain matin la petite fille traverse la forêt, remet ses gâteaux et récupère un panier vide.
    La vieille femme dit « C’est mieux ! Lâche pas l’affaire ! On recommence demain matin ! »
    Et le lendemain, la petite fille revient avec dans son panier une toute petite bobine de fil de soie, de la taille d’un pois.
    « Qu’est-ce que je vais faire avec cette toute petite bobine ? »
    « Elle est très précieuse et te permettra d’aller plus loin » lui dit la vieille femme.
    La petite fille grandit au cœur de la forêt.

    Une grande fête est annoncée pour le mariage d’un Prince.
    La petite fille est devenue une belle jeune fille et va à cette fête avec sa précieuse bobine de fil de soie.
    Au moment d’attacher les couronnes, personne ne possède de quoi les nouer.
    On demande dans l’assistance et la jeune fille propose sa toute petite bobine.
    « Que veux-tu en échange ? » demande le Prince.
    Elle ne sait pas, alors le Prince propose de lui donner le poids de la toute petite bobine en or.
    On la pose donc sur une balance qui aussitôt descend. On dépose de l’autre côté quelque grammes, puis quelques kilos, puis un sac d’or, puis 2 sacs et encore et encore. Rien n’y fait la balance reste immobile. On change de balance. Rien n’y fait.

    Le Prince décide alors de monter sur la balance qui s’équilibre aussitôt.
    Le Prince décide d’épouser la jeune fille au fil de soie.

  2. Un curieux mélange, cette vidéo, qui me laisse une impression plutôt négative.
    Chercher à se dépasser, ne pas se laisser dire que l’on est nul, lutter pour réaliser ses rêves, OK, bien sur. C’est essentiel.
    Mais voir autant d’images sportives violentes qui glorifient la compétition, l’effort pour vaincre l’autre, qui est désigné comme « ennemi », là je n’adhère pas à cette lutte pour être le plus fort, pour montrer que l’on est le meilleur. Cela nous mène au Darwinisme.
    Je préfèrerais voir un enfant qui fait ses premiers pas, une personne handicapée qui fait un joli dessin, un vétéran blessé qui arrive à remarcher grâce à la kiné ou des exemples d’entraide qui permette de réaliser les rêves de quelqu’un… ce genre de choses.
    Tout le monde n’est pas surhumain et ne va pas forcément s’identifier avec ces super-héros. Ce qui compte c’est le chemin parcouru aussi petit soit-il.
    Et je n’aime pas que l’on dise sans cesse que la vie est un enfer. Trop négatif, comme je l’ai déjà dit.
    Merci quand même pour cette occasion de réfléchir et pour tout votre blog.

    • J’entends votre ressenti …et le partage en partie !…
      C’est vrai que c’est une vidéo TRES américaine, mais j’avoue que j’aime beaucoup le début.
      Je n’ai pas voulu la limiter, car je me suis dit que chacun y prendra ce qui est bon pour lui.
      Merci pour votre partage !

  3. Je comprends le message mais est-ce à penser que la majorité des femmes à déjà tellement réussi qu’elles n’ont pas besoin d’apparaître sur la vidéo ! Bisou féministe….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *