L’heure qui a changé ma vie

 

avion chuteAlors que j’évoquais avec une amie, l’heure qui a changé ma vie, lors d’un vol Air France dans lequel j’aurais pu mourir, celle-ci me dit : « Tu devrais partager cela sur ton blog ! » Après tout, pourquoi pas ?… Voici l’événement tel qu’il a été relaté par la presse.

 

Grosse frayeur sur le vol Marseille-Paris

Une panne hydraulique a obligé un avion d’Air France à atterrir en urgence le 26 juin. Des passagers témoignent.

Ils ont vécu les minutes les plus longues de leur vie. Dimanche 26 juin, alors qu’ils auraient dû atterrir à Paris-Orly, les passagers d’un airbus A-319 d’Air France sont finalement revenus vers 22 heures à Marseille, d’où ils avaient décollé une heure plus tôt. En cause : une panne hydraulique qui a bloqué les volets des ailes de l’avion et nécessité à l’arrivée un impressionnant comité d’accueil, dont plusieurs véhicules de pompiers qui ont arrosé l’appareil de neige carbonique pour éviter un incendie. 

Si aucun blessé n’est à déplorer, les 139 voyageurs de ce vol AF 6053 en ont été quittes pour une grosse frayeur.

C’est la tour de contrôle qui aurait prévenu l’équipage qu’une traînée se dégageait de l’avion. « Un quart d’heure après le décollage, le bruit sourd émis par les volets nous a fait comprendre qu’il y avait un problème », raconte Virginie. En fait, une fuite sur le circuit hydraulique empêche ces derniers de rentrer.

« Résultat, l’avion ne peut plus prendre d’altitude, souligne Dan, un autre passager, pilote amateur. On est passés près d’une catastrophe, car ce genre de panne peut toucher en cascade d’autres commandes indispensables. » Alors que les hôtesses s’activent, l’avion se met à effectuer de grandes boucles dans le ciel marseillais. « L’équipage était très stressé. Le tiers des passagers pleurait, souligne Sophie, la compagne de Dan, par ailleurs médecin spécialisé dans l’aérospatiale. Mon mari a dû prendre en charge une voisine tétanisée par la peur. Beaucoup se demandaient s’ils reverraient un jour leurs enfants. »

Plusieurs passagers fustigent le manque d’informations sur l’incident, aussi bien de la part des hôtesses que du commandant de bord. Ce dernier, il est vrai, effectuait le premier vol de sa carrière, et a correctement géré l’incident et l’atterrissage en urgence. « Les soutes étaient si chaudes qu’il a fallu attendre pour récupérer les bagages, développe Virginie, déplorant le manque de prise en charge qui a suivi. On n’a même pas pu manger à l’hôtel! » « Cela n’était pas possible en raison de l’heure tardive », argumente-t-on chez Air France, où l’on reconnaît l’incident technique, en le minimisant. « Ce sont des choses qui arrivent, surtout si on le ramène aux 1700 vols que nous réalisons chaque jour », explique une porte-parole. (Article paru dans le journal « Le Parisien »)

Et dire que j’étais dedans !… Je me rappelle d’abord de l’alarme assourdissante peu après le décollage, qui ne s’éteignait pas…. et de la panique du personnel naviguant. Je me souviens de la voix blanche du commandant de bord nous annonçant : « Comme vous l’avez tous entendu, nous avons un incident majeur que nous allons tenter de résoudre en suivant les procédures prévues ». (A ce moment, j’ignorais qu’il effectuait son tout premier vol en tant que commandant…).

Je me souviens avoir compris que cette fois-ci, c’était grave.

avion imageJe me souviens de la chaleur dans l’avion, du silence de 139 personnes qui se demandent si elles vont mourir. Je me souviens de passagers qui pleuraient, de personnes qui priaient, de gens en colère… Je me souviens de ma voisine me lançant: « Vous ne comprenez pas que l’on va tous mourir ??!!!…. » et de ma réponse : « Pour le moment, tout ce que je sais, c’est qu’on est vivant… ».

Je me souviens aussi m’être dit : « Et si elle avait raison ???…« . Je me souviens avoir prié. Je crois que nous sommes tous (re)devenus croyants pendant ce vol !…  😆

Je me souviens que je n’avais pas du tout envie de mourir ni à ce moment là de mon existence, ni comme cela, brûlée vive dans un avion qui s’écraserait ou s’enflammerait, que je trouvais que j’avais encore des choses à vivre, à faire…. sans trop savoir lesquelles. Je me souviens avoir pensé à ma famille, à mes amis, et m’être dit que j’avais eu raison d’ouvrir une bouteille de champagne la veille, avec mes parents maritimes, que c’était peut-être la dernière de ma vie, et que nous avions eu raison de la boire, au seul motif de la Joie d’être ensemble.

Je me souviens aussi m’être dit : « C’est quoi mon bilan si je meurs maintenant ? »…. et de n’avoir pas été très contente de mon ressenti. Je sentais confusément que je m’étais éloignée de mes valeurs, qu’il était temps que je revienne à l’essentiel : me respecter. Je me souviens m’être promis : « Si je m’en sors, je change tout !… » Je me souviens aussi qu’à ce moment là, je ne savais pas trop ce que cette promesse recouvrait et qu’il me faudrait sans doute du temps pour faire le point, « mettre ma vie à plat » comme les pièces d’un puzzle, réfléchir …et faire d’autres choix. Je me souviens aussi de l’urgence de ne surtout pas oublier cette promesse, si l’avion s’en sortait, si je m’en sortais. Sinon, je risquais de le payer cher, très cher…. et je n’avais pas envie de développer un cancer pour m’en rappeler ensuite.

Et vous ? En pareilles circonstances, quel serait le bilan de votre vie ? Qu’aimeiriez-vous changer dans votre vie, si l’avion se reposait ? La bonne nouvelle est que vous n’avez pas besoin de vivre ce vol infernal pour faire l’exercice. Vous pouvez le faire bien installé chez vous, sans pression. Alors à vous de jouer !…

N’attendez pas de croire que vous allez mourir pour changer de vie. Mourir -ou mourir lentement -, c’est précisément, avoir une vie que l’on ne désire pas.

avion air france

Mon témoignage vous a-t-il touché ? 

N’hésitez pas à partager vos ressentis en commentant cet article. Votre commentaire m’est précieux !…

(Pour publier un commentaire, cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article… Merci d’avance pour votre partage !…)

2 réflexions au sujet de « L’heure qui a changé ma vie »

  1. Bonjour, très impressionnée par votre témoignage. Et moi qui ai peur de l’avion …
    Je ne suis pas sûre qu’il soit aussi simple que cela de faire cette prise de conscience confortablement assis dans son fauteuil … Peut être cette mésaventure qui aurait pu être un drame est-elle arrivée à un moment où vous étiez prête …
    Il y a 8 ans j’ai perdu ma soeur ; et je me suis dit : « désormais je change tout ». Et oui, j’ai changé des choses, mais cela ne m’a pas empêchée d’aller dans le mur, en toute conscience. D’aller au fond de la piscine pour remonter.
    Qu’en pensez-vous ?
    En tous cas bravo j’aime beaucoup votre blog et cette histoire tout particulièrement. Merci.

    • Merci pour votre enthousiasme et pour votre témoignage.
      Moi aussi j’ai peur de l’avion… mais il reste le moyen de transport le plus sûr au monde : je mets ma vie finalement beaucoup plus en danger sur l’autoroute…
      Je ne dis pas que les prises de conscience sont simples à réaliser, mais se poser les bonnes questions peut être une première étape. Un bon psychothérapeute peut aussi aider. J’en connais qui ont impacté ma vie avec une seule question.

      J’ai été touchée par votre partage et suis désolée pour la perte de votre soeur. Vous écrivez : « mais cela ne m’a pas empêchée d’aller dans le mur, en toute conscience. « Quand on fait les choses EN TOUTE CONSCIENCE, il y a forcément un bénéfice à les faire. Ma piste de réflexion est : quel a été votre bénéfice caché ? A qui étiez-vous fidèle en allant dans le mur ? A qui donniez-vous raison, envers et contre tout ?
      Parfois, il faut en effet « aller jusqu’au fond », épuiser un système -parfois s’épuiser soi- pour avoir envie de changer. La psyché est compliquée et l’humain résistant et nous sommes parfois notre pire ennemi… Jusqu’au jour où la Vie nous oblige à tout reconsidérer. C’est inconfortable, perturbant… mais sans doute le prix à payer pour devenir vraiment soi.

      Encore merci pour vos compliments qui m’encouragent à continuer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *