Les dix caractéristiques des équipes engagées.

equipes-engagees-et-motiveesAvoir des équipes engagées dans la durée est le graal de plus d’un DRH…et aussi de son PDG quand ce dernier s’intéresse aux gens pour de vrai. Même si le chômage reste élevé, beaucoup d’organisations se battent avec les incertitudes de leurs environnements et recruter des salariés motivés et les garder engagés dans la durée reste un challenge.Pour autant, le jeu en vaut la chandelle, car si vous réussissez à bâtir une équipe soudée et au service de votre stratégie, c’est elle qui peut faire TOUTE la différence face à vos concurrents et face aux évolutions de votre marché.

On estime que les équipes performantes performent jusqu’à plus du double en comparaison avec leurs concurrents. Pour autant, l’engagement des équipes est rarement placé au centre des intérêts managériaux. A croire que beaucoup de leaders ignorent l’importance de ce critère.

Voilà qui laisse de jolies marges de progression à nos organisations !

Voilà les dix caractéristiques de équipes engagées :

1. Les équipes engagées partagent une vision commune de leur avenir que tout le monde comprend et dans laquelle chacun connaît sa place et sa contribution attendue.

Plutôt basique, n’est-ce pas ? Pas tant que cela quand on demande aux salariés pourquoi leur société existe… Quand on s’amuse à comparer les réponses, on se demande parfois si ils travaillent bien pour la même boite !!… Et je ne parle même pas de tous ces PDG qui n’ont pas de vision d’entreprise et qui ont réduit celle-ci à un taux de croissance annuelle à deux chiffres, oubliant qu’à part eux et leur CODIR, personne ne se lève le matin pour des chiffres : si cela suffisait à motiver les équipes, cela se saurait…

2. Les équipes engagées ont des objectifs motivants :

C’est une chose d’avoir une vision, c’en est une autre d’avoir des objectifs opérationnels qui s’inscrivent au quotidien dans cette vision.

3. Les équipes engagées ont des attentes clairement définies :

Ce point est lié aux objectifs. L’une des plus grandes frustrations des équipes est qu’elles ne savent pas toujours ce que l’on attend d’elles en priorité : est-ce du chiffre ? de l’innovation ? de l’entraide ? Si les attentes sont souvent claires au niveau des Comités de Direction, elles se perdent souvent en route dans la cascade managériale.

4. Les équipes engagées ont une communication efficace, pas seulement du haut vers le bas, mais aussi du bas vers le haut, en latéral, inter sillos.

Elles n’ont pas peur de remonter les vrais problèmes : la langue de bois et le politiquement correct (si développés ces dernières années) sont avantageusement remplacés par une communication authentique où chacun est conscient de ce qu’il pense et ressent, n’a pas peur de l’exprimer et est capable de confronter sa hiérarchie sans pour autant l’agresser. C’est une équipe grandit avec son manager autant qu’elle le fait grandir, grâce à sa capacité à réfléchir ensemble, plutôt que d’appliquer les ordres sans intelligence.

5. Les salariés motivés ont développés un haut degré de confiance et de respect, pas seulement dans leur hiérarchie, mais aussi entre eux et au sein de leurs processus :

Se faire confiance, c’est aussi réduire son besoin de contrôle du travail des autres et cela commence souvent par l’attitude du PDG : si celui-ci est un hyper contrôlant ayant avalé du « Sois parfait » dans son enfance, il y aura fort à parier qu’il va, sans en être conscient, mettre en place tous un tas de processus de contrôle qui calmeront ses angoisses de perfection, mais qui n’alimenteront pas vraiment la performance de son équipe. Dans ce cas, il est souvent le seul à ne pas s’en apercevoir, tant il est persuadé de bien faire !

6. Les équipes engagées reconnaissent leurs erreurs, en tirent les leçons et célèbrent leurs réussites.

Cela veut dire que le droit à l’erreur existe et n’est pas sanctionné d’un licenciement. Les innovations sont rarement le fruit d’un essai unique et célébrer les réussites a toujours renforcé les liens et la camaraderie au sein des équipes : c’est aussi parce que l’on grignote des chips et des cacahuètes autour d’un verre que l’on a encore plus de plaisir à résoudre les problèmes ensemble. D’ailleurs, combien de fois ai-je entendu des salariés continuer à échanger sur leurs projets à différents pots alors qu’ils seraient rentrés chez eux (et n’auraient jamais eu ces échanges) en rentrant chez eux….

7. Les équipes engagées ont des leaders qui délèguent non seulement une part des responsabilités… mais aussi une part de leur autorité pour accomplir les tâches.

Beaucoup de leaders croient qu’ils doivent maintenir un degré élevé de contrôle sur leurs équipes et se comportent comme s’ils étaient en charge de délivrer des permissions d’agir. Ils confondent le lien et le contrôle : être proche de ses équipes ne veut pas dire être sur leur dos ! Savoir déléguer et faire confiance restent souvent des gros challenges managériaux… dont la difficulté prend souvent racine chez le Dirigeant, souvent le plus contrôlant de tous.

8. Tous les membres d’une équipe engagée se considèrent comme des leaders et ont investi leur sphère d’influence.

Cela veut dire qu’ils sont capables d’initiatives pour améliorer le fonctionnement de l’entreprise, sans peur d’être blâmés pour avoir osé agir sans une autorisation quelconque.

9. Les équipes engagées ont mis en place des moyens et des outils pour gérer leurs conflits.

Ce n’est pas parce qu’une équipe fonctionne, qu’il n’y a plus de conflit. En revanche, la grande différence, c’est que celui-ci est géré. La gestion des conflits n’est pas une compétence naturelle : cela s’apprend d’éviter, de gérer ou de résoudre les tensions… en commençant par se connaître pour mieux comprendre l’autre. Beaucoup de PDG attendent de leurs équipes que cette compétence leur tombe du Ciel… D’autres ont compris que pour que cela arrive, il faut les former, les accompagner et les rendre autonomes sur ce sujet… et cela prend du temps et un peu d’investissement !

10. Les équipes engagées sont dans un processus d’amélioration permanente.

Elles ont de la place pour l’innovation, l’échange, la créativité… y compris dans leurs propres modes de fonctionnement. Là aussi, laisser les équipes s’organiser pour améliorer l’existant peut être totalement bluffant… mais là encore cela demande de leur faire confiance.

Bref… Vous l’aurez compris : l’engagement des équipes ne se décrète pas.

Et on aurait tort de ne le mesurer qu’à des sondages RH souvent détournés ou un peu bidonnés, j’en sais quelque chose : un jour où je m’étonnais des résultats d’une enquête de satisfaction interne qui ne me semblait pas refléter la réalité telle que l’on me la rapportait, l’une de mes RH locales m’a avoué que ses managers avaient promis un restaurant aux salariés si les résultats de l’enquête de satisfaction étaient bons… On avait fini « Best place to work » !! No comment.

Les organisations qui ont un engagement élevé, non truqué, l’ont TOUJOURS mis au coeur de leur stratégie… et pas seulement de leur stratégie RH. C’est le résultat d’une décision et cela n’arrive jamais par accident.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’engagement et comment le développer, venez suivre la vidéo conférence du mardi 29 novembre 2016 à 13 h.

Et pour vous inscrire, cliquez ici :

JE RESERVE MA PLACE !

WEBINAIRE DU MARDI 29 NOVEMBRE 2016 – 13h00

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *